Technologies propres

La viabilité de la civilisation humaine sur Terre est à présent remise en cause. La prise de conscience de cette réalité augmente parmi les gouvernements, les entreprises et les consommateurs, ce qui génère des opportunités pour les investisseurs dans l’économie verte.

Qu’entend-on par technologies propres ?

Apparues à la fin des années 19901, les technologies propres – dites « clean tech » – englobent les entreprises qui s’emploient à produire un impact positif sur l’environnement en concevant de nouvelles technologies dans des domaines tels que l’efficacité énergétique, les réseaux électriques intelligents, l’énergie propre et les ressources durables.

Chaque jour, la planète compte 200 000 nouveaux habitants2, ce qui accroît la pression sur les ressources naturelles pour satisfaire les besoins humains. C’est ici que la clean tech entre en jeu : les technologies propres fournissent de véritables solutions pour relever ces défis. Porté par ce besoin de changement, le marché mondial des technologies propres devrait peser 3 000 milliards USD d’ici 20253, contre 601 milliards USD en 2014.

Quelles sont les implications pour les investisseurs ?

Face à la remise en cause de la viabilité de la civilisation humaine sur Terre, les consommateurs attendent plus d’actions de la part des entreprises et des gouvernements, et les exhortent à opérer un changement de cap dans leurs politiques environnementales. Par conséquent, une bascule commence à s’opérer en faveur de la clean tech : un nombre croissant d’entreprises se tournent vers l’économie circulaire et répondent au besoin pressant de changement. Les entreprises prêtes à s’adapter devraient bénéficier d’un avantage compétitif durable grâce à la réduction du coût de leurs intrants sur le long terme. En outre, un solide potentiel de croissance pourrait s’offrir à elles dans les prochaines décennies. Pourraient alors émerger de nouvelles opportunités d’investissement dans les entreprises soucieuses de la durabilité.

Investir dans l’économie verte

L’économie « verte » est l’univers des sociétés dont les activités favorisent l’optimisation des ressources, la transition énergétique (des énergies fossiles vers une production et un stockage d’énergie zéro carbone) et la gestion durable de l’eau.

La finitude des ressources naturelles impacte selon nous principalement quatre domaines qui offriront de nouvelles opportunités d’investissement innovantes.
 

 

  1. Mobilité durable. Partout dans le monde, la mobilité durable est de plus en plus plébiscitée avec, à la clé, un large éventail d’opportunités d’investissement dans les véhicules électriques, les technologies de batterie et les systèmes de réduction des émissions.
  2. Énergie intelligente. La nécessité et la demande de logements plus écologiques augmentent, fournissant à la fois l’élan et les ressources pour le développement de technologies axées sur l’efficacité énergétique, et créant des opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables, les logements verts et les usines économes en énergie.
  3. Alimentation responsable. Les entreprises explorent de nouveaux moyens pour satisfaire la demande croissante d’une population en constante augmentation, tout en limitant l’utilisation des ressources rares que constituent l’eau et les terres. En découle une multitude d’opportunités d’investissement dans les sociétés qui développent des technologies alimentaires et agricoles.
  4. Recyclage et réduction des déchets. L’opinion publique évolue et exhorte désormais les entreprises à mieux gérer leur chaîne d’approvisionnement et à réduire leur empreinte écologique, créant des opportunités d’investissement dans les sociétés qui entendent cet appel et adaptent leurs pratiques en conséquence.

Pourquoi est-ce le bon moment pour investir dans l’économie verte ?

Le monde change, et trois raisons signalent selon nous qu’il est temps d’investir dans l’économie verte :

1 Source : https://www.investopedia.com/terms/c/cleantech.asp
2 Source : données cumulées de la Division de la population des Nations Unies, de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, exactes en date de décembre 2018.
3 http://www.climateaction.org/news/clean_tech_market_to_exceed_3_trillion_by_2025/
4 Source : AXA IM, Bank of America Merrill Lynch, The Clean Revolution, décembre 2017. Les chiffres annuels relatifs aux catastrophes naturelles sont établis depuis 1880 ; les données relatives aux coûts des catastrophes naturelles sont établies depuis 1950, date des premiers relevés d’assurance.

*Vieillissement et mode de vie – département américain du Commerce, dernières données : mars 2018
*Automatisation – IFR World Robotics Report 2017, dernières données : mars 2018
*Technologies propres – Financier Worldwide, « Investing in the clean technology revolution », janvier 2016
*Transformation des sociétés – Nations Unies, données en date de mars 2018
*Sources de performance – AXA IM, données en date du 29 décembre 2017 

Cette page est exclusivement conçue à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considérée comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Cette page a été établie sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.
Toutes les données de cette page ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, cette page peut être partielle et les informations qu’elle présente peuvent être subjectives.
Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers.
AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.