Deux minutes

Deux minutes pour s’informer sur les marchés financiers

Que faut-il retenir ?

L'inflation américaine a atteint son plus haut niveau depuis 13 ans, ravivant ainsi les craintes de voir la Réserve fédérale relever ses taux d'intérêt plus tôt que prévu. La nouvelle a provoqué un recul du S&P 500, qui avait atteint un nouveau record en début de semaine. En juin, l'indice des prix à la consommation a augmenté de 5,4 % sur 12 mois aux États-Unis, son taux le plus élevé depuis août 2008, en partie sous l'effet de la hausse des prix des véhicules d'occasion et du pétrole. De leur côté, les prix à la production ont enregistré leur plus forte hausse annuelle depuis plus de dix ans. Le président de la Fed, Jerome Powell, a reconnu que l'inflation avait été plus forte et plus persistante que prévu et a indiqué que la banque centrale se tenait prête à relever ses taux pour contenir la hausse des prix. Il a cependant souligné à plusieurs reprises la conviction de la Fed selon laquelle l'inflation restera transitoire.

Dans le monde

La reprise économique chinoise s'est poursuivie au deuxième trimestre (T2), avec une croissance du PIB de 7,9 % par rapport à la même période l'an passé. Le rythme de la croissance a toutefois été plus lent que les 8,1 % attendus par le marché et contraste fortement avec l'expansion de 18,3 % observée au T1. Les chiffres relatifs aux ventes au détail, à la production industrielle et aux exportations ont tous augmenté plus vite que prévu en juin et le pays reste, selon les analystes, bien placé pour atteindre une croissance annuelle d'environ 6 %. De son côté, la banque centrale du Japon a ramené ses prévisions de PIB à 3,8 % (contre 4 % précédemment) pour l'exercice en cours, mais a revu à la hausse ses prévisions pour l'an prochain, qui passent de 2,4 à 2,7 %.

Le chiffre de la semaine

1 %

La production industrielle dans la zone euro a chuté de 1 % en mai par rapport à avril, une baisse plus importante que prévu liée aux goulets d'étranglement de l'offre et à la baisse de la production de biens de consommation tels que les produits alimentaires et les vêtements. La production de biens d'équipement, tels que les machines, a quant à elle reculé de 1,6 %, signe potentiel d'une baisse de la production à l'avenir.

Éclairage

Fit for 55 : l'Union européenne (UE) a dévoilé une série de nouvelles propositions visant à atteindre son objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport aux niveaux de 1990 à l'horizon 2030. Baptisé « Fit for 55 » (« Paré pour 55 »), ce plan est considéré comme le plus ambitieux jamais élaboré par l'UE pour lutter contre le changement climatique. Il prévoit l'extension du système novateur d'échange de quotas d'émission de l'UE et l'introduction d'un mécanisme d'ajustement carbone aux frontières. Il prévoit également des limites plus strictes en matière d'émissions des véhicules, une taxe sur les carburants d'aviation et de nouveaux objectifs visant à accroître l'utilisation des énergies renouvelables. Ce plan devra être validé par les 27 États membres de l'Union européenne et pourrait rencontrer une certaine opposition de la part des pays fortement dépendants du charbon.

Prochaines échéances

Les chiffres de mai concernant l'activité du secteur de la construction dans la zone euro seront publiés lundi et seront suivis, mardi, des chiffres de l'inflation japonaise pour le mois de juin. Mercredi sera publié le procès-verbal de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque du Japon, tandis que la Banque centrale européenne se réunira jeudi pour fixer ses taux d'intérêt. Enfin, le dernier baromètre Gfk de confiance des consommateurs au Royaume-Uni sera publié vendredi, de même que les indices préliminaires des directeurs d'achats concernant les États-Unis, le Royaume-Uni et la zone euro.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information. Il ne constitue ni un élément contractuel, ni un conseil en investissement. Il a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée.
 
Ainsi, compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, nous attirons votre attention sur le fait que l'évolution effective des variables économiques et des valorisations des marchés financiers pourrait s'écarter significativement des indications (projections, estimations, anticipations et hypothèses) qui vous sont communiquées dans ce document. En outre, du fait de leur simplification, les informations contenues dans ce document peuvent n’être que partielles. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et AXA Investment Managers n’est pas tenu de les mettre à jour systématiquement.
 
Toutes ces données ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques, et de marché. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, ont été établi à la date de publication de ce document.
 
Les destinataires de ce document s’engagent à ce que l'utilisation des informations y figurant soit limitée à la seule évaluation de leur intérêt propre en considération des stratégies visées. Toute reproduction partielle ou totale des informations ou du document est soumise à une autorisation préalable expresse de la Société.
 
Rédacteur : AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – 6, place de la Pyramide – 92908 Paris La défense cedex. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-08 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 384 380 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506