L'économie évolutive

Cap sur les cinq tendances qui façonnent le monde

Depuis les origines des marchés financiers, les investisseurs tentent d'élaborer des stratégies pour anticiper l'avenir et doper les performances. Mais dans un contexte où quasiment tous les secteurs d'activité sont en proie aux bouleversements provoqués par la révolution numérique, où de profondes incertitudes planent sur les questions de durabilité et où la pandémie de Covid-19 a provoqué un véritable traumatisme, quelle est la stratégie d'investissement la plus pertinente pour le XXIe siècle ? 

Il y a encore quelques années, l'investissement sectoriel semblait offrir une réponse. En ciblant les secteurs les plus dynamiques au sein du paysage économique mondial plutôt que certaines entreprises ou régions spécifiques, il était possible de créer de la valeur.

Aujourd'hui, le rythme auquel les changements s'opèrent pose de sérieux problèmes aux adeptes de l'approche sectorielle. L'un de ces problèmes, fait valoir Mark Hargraves, Global Head of Framlington Equities chez AXA Investment Managers, est le fait que les entreprises évoluent souvent plus rapidement que les méthodes employées pour déterminer le secteur auquel elles appartiennent.

Apple, par exemple, figure toujours dans la catégorie des entreprises informatiques selon la classification GICS (Global Industry Classification Standard). Or ses intérêts s'étendent désormais à d'autres secteurs, comme la musique, le divertissement ou encore les services de santé.

« Le fait de se concentrer sur les secteurs ne permet de saisir qu'une seule opportunité, pas toutes », explique M. Hargraves. « De nombreuses tendances de croissance sont mondiales par nature et il faut adopter une approche holistique pour en tirer parti. »

Investir dans une perspective de long terme

Au sein de l'économie évolutive, AXA IM a identifié cinq thèmes susceptibles de dicter à la fois le rythme et le type de changement de ces dix prochaines années.

  1. Le premier est « Vieillissement et mode de vie ». La proportion des personnes âgées de plus de 60 ans à l'échelle mondiale augmentera de 42 % entre 2018 et 2030, soit cinq fois plus vite que celle des moins de 60 ans1. Cette évolution démographique stimulera la demande en faveur de toutes sortes de services, notamment en matière de santé, de diagnostic et de surveillance.
  2. La pandémie de Covid-19 a accéléré le thème du « Consommateur connecté ». Mais alors que le commerce en ligne continue de conquérir des parts de marché au détriment de la vente au détail traditionnelle, seuls 13 % des achats sont réalisés en ligne à travers le monde.2 Ce faible taux de pénétration laisse entrevoir des possibilités d'investissement considérables dans les années à venir, à mesure qu'un nombre croissant de consommateurs opteront pour le commerce en ligne.
  3. « L'automatisation », notre troisième thème, est appelée à accroître l'efficacité et la productivité dans la société, bouleversant au passage les modèles économiques et réorganisant les marchés de l'emploi. L'industrie mondiale de la robotique devrait afficher une croissance annuelle de 10 à 15 % au moins jusqu'en 2025.3 En outre, la convergence entre la robotique, l'intelligence artificielle et la 5G est en passe de révolutionner de nombreux domaines, des usines numériques à l'agroalimentaire en passant par la logistique et la chirurgie assistée par robot.
  4. Face aux défis considérables que posent la croissance démographique et l'urbanisation pour les ressources naturelles de la planète, les « technologies propres » sont appelées à devenir un thème incontournable à l'avenir, les pouvoirs publics et les entreprises privilégient la recherche d'un impact positif sur l'environnement. Selon les estimations, le volume annuel d’investissements dans les énergies renouvelables devra être triplé et atteindre 800 milliards de dollars d’ici à 2050 afin de satisfaire les principaux objectifs mondiaux de décarbonation et de lutte contre le changement climatique.4 Ces chiffres mettent en évidence le formidable potentiel de croissance des entreprises qui développent des solutions innovantes pour assurer la transition vers un monde durable.
  5. Le cinquième thème est celui de la « Transformation des sociétés ». Selon les estimations, quelque 3 milliards de personnes, soit plus d'un tiers de la population mondiale, devraient sortir de la pauvreté et rejoindre les rangs de la classe moyenne au cours de la prochaine décennie5. À mesure que la prospérité se répandra et que les habitudes de consommation évolueront, ce phénomène suscitera une demande considérable en matière d'infrastructures et d'autres services.

Les arguments en faveur de l’investissement thématique

Le recours aux thèmes durables sur le long terme comme fondement des stratégies d'investissement gagne en popularité. Selon Morningstar, le volume cumulé de l'encours sous gestion des fonds thématiques est passé de 75 milliards de dollars à environ 195 milliards à l'échelle mondiale sur la période de trois ans précédant fin 2019.

Les fonds thématiques ont considérablement évolué en termes de diversité et d'envergure ces dernières années : pour la seule année 2019, 154 nouveaux fonds thématiques sont apparus et, à la fin de cette année, la base de données mondiale de Morningstar en recensait 923.

L'un des avantages de l'investissement thématique axé sur les cinq thèmes de l'économie évolutive est qu'il permet de tenir compte des préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), conformément à l'évolution du paysage de l'investissement et à la volonté de nombreuses entreprises de contribuer à ce processus.

Tout le monde n'est pas pour autant convaincu des mérites de l'investissement thématique. Dans un article publié récemment sur le site Internet du CFA Institute, Nicolas Rabener, directeur général de FactorResearch, soutient que de nombreux fonds thématiques peinent à être rentables financièrement. « L'investissement thématique est une sorte de capital-risque pour les gérants d'actifs », conclut-il.

De son côté, Morningstar a estimé, dans un article publié début 2020, que l'offre quasi-continue de nouveaux fonds thématiques, allant de l'intelligence artificielle au cannabis, suscitait souvent plus de confusion que de réel intérêt. « Cette offre permanente de fonds très spécialisés présentant souvent un intérêt douteux de la part des gérants d'actifs a renforcé la demande de transparence et de conseil de la part des investisseurs, » a-t-il indiqué.

Selon Mark Hargraves, les critiques se fondent pour la plupart sur les fonds thématiques peu performants et mal gérés pour tirer des conclusions plus générales sur la pertinence de l'investissement thématique.

Il souligne également le fait que de nombreux fonds dits thématiques ne reposent pas sur des recherches rigoureuses et des bases solides permettant aux investisseurs d'exploiter les thèmes les plus attrayants de l'économie évolutive. « Lorsque vous disposez d'un cadre systématique et d'un solide processus de recherche, l'investissement thématique constitue une proposition très intéressante », explique-t-il. « Ce type d'investissement repose sur une vision claire et à long terme, et s'adapte à l'évolution de la planète. »

[1] Nations unies, Département des affaires économiques et sociales, Division de la population, octobre 2018

[2] Connected Consumer: AXA IM, Bank of America Merrill Lynch – Higher Online Penetration Primer, Euromonitor, octobre 2020

[3] Automatisation : Fédération internationale de robotique, septembre 2020

[4] Agence internationale pour les énergies renouvelables, novembre 2020

[5] OCDE, décembre 2018

Avertissement

Investir sur les marchés comporte un risque de perte en capital.

Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.